Berçant notre infini sur le fini des mers.

Les dernières semaines ont été placées sous le signe de Baudelaire, Hugo, Ionesco ou Vian. Révisions de l’oral du bac de français. Je me suis replongée avec plaisir dans les commentaires composés et la lecture – Théo est étonnamment un peu moins motivé mais on aura quand même bien bossé. Du coup, pas énormément de place entre deux révisions pour la voile et la visite touristique. Après l’avoir récupéré à Athènes, on s’arrêtera sur la route à Nafpakos, toujours aussi jolie mais le port a nettement moins de gueule sans Monsieur Poulet au milieu !

On remontera ensuite tranquillement de Preveza à Corfou avec un arrêt prolongé dans le petit port très calme de Lygia puis deux escales rapides, d’abord dans la touristique et féline Parga puis dans la non moins touristique Mourtos (Sivota) où l’on assistera au match France-Danemark entouré de danois surmotivés !

On passera pour finir quelques jours à Corfou (Kerkyra), ville ultra-touristique elle aussi, mais fort jolie et suffisamment grande pour qu’on y trouve des endroits encore agréables et des terrasses de café propices aux révisions.

Théo une fois reparti, nous nous retrouvons tous seuls sans trop pouvoir s’éloigner car nous n’avons qu’une semaine avant que les enfants reviennent, à 2 cette fois. On fera juste un petit tour à Paxos et Antipaxos, aux baies certes cristallines mais un peu trop bondées à notre goût.

Et nous voilà déjà le 7 juillet, les vacances sont là et les enfants aussi !

P.S : et bien sûr, un point Carambar à qui trouvera la référence du titre (auteur et titre – sans googler si possible 😉 )

Infos pratiques :

Preveza : amarrage tout au nord du quai municipal, fond de vase, 5€80/nuit, eau et électricité à des bornes, payantes en plus. Ville agréable avec tous services.

Lygia : port gratuit, à l’ancre, places pour 5-6 bateaux. Eau + électricité ! Taverna sympathique, petit supermarché à 10mn à pieds, très calme et belles plages.

Parga : amarrage dans le petit port dans Ormos Valtou. Quai haut pas super pratique. Autre solution : mouiller par l’avant, sur la plage, avec deux ancres, avant et arrière. Robinet d’eau sur la plage. Ville à 20mn à pieds.

Mourtos (Sivota) : Amarrage au quai municipal, 15€/nuit avec eau et électricité (mais on n’a pas payé lors de notre premier passage). La marina en face a des pendilles mais est un peu plus chère et l’eau et l’électricité sont payantes en sus (5€ chaque).

Corfou (Kerkyra) : on a testé 3 amarrages.

  • Mouillage au sud de la citadelle (ormos Garitsas), fond de posidonies, chercher les taches de sable en évitant les quelques rochers cachés. Bien abrité du vent de Nord-ouest dominant mais rouleur quand le vent s’arrête. Laisser l’annexe dans le port NAOK. Proche du centre-ville. Eau (parfois) au club de voile, douche extérieure et toilettes au bar-restaurant du NAOK
  • Amarrage dans le vieux port au nord de la ville : quai gratuit mais très exposé au vent de NO. Amarrage à l’ancre sur le quai Est ou bord à quai sur le quai sud (mais bouge encore plus si vents de nord). Des camions de gazole et d’eau passent parfois. Eau à un robinet sur la place. Le plus près du centre.
  • Amarrage dans le yacht-club NAOK au sud de la citadelle. Quelques places sont réservées au club de voile mais sinon c’est une « marina » abandonnée (et donc gratuite) où l’on peut se mettre à l’ancre au nord de l’intérieur du quai. Les grosses (très grosses!) unités se mettent à l’extérieur. roche du centre-ville. Eau (parfois) au club de voile, douche extérieure et toilettes au bar-restaurant du NAOK. Mais boite de nuit bruyante toute la nuit…

Paxos, Lakka : mouillage dans la baie avec amarre à terre. Joli mouillage mais très bondé, le WE surtout ! On s’est aussi arrêtés très rapidement à Gaios, amarrage dans le chenal, eau et électricité aux bornes (carte à 10€ à prendre dans certains bars). Le passage au sud est OK avec 1,80m de tirant d’eau en passant bien au milieu.

Antipaxos : mouillage au nord de ormos Agripidia avec amarre à terre. Beaucoup plus calme et moins bondé que la « baie d’émeraude » juste au nord. Certains voiliers se sont mis avec amarre sur la digue extérieure du petit port.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Berçant notre infini sur le fini des mers. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s