A Frenchwoman in Athens…

Deux jours à deux à Athènes le temps de retrouver nos habitudes de manger au marché, de jouer aux échecs dans les bars et de manger des souvlakis et ça y’est mon papa arrive ! Je n’aurai pas vraiment réussi à lui faire apprécier Athènes mais il faut avouer que, hors des vieux cailloux, ça n’est pas la ville la plus agréable au premier abord. Mais qu’importe : il est là pour faire du bateau, alors faisons du bateau ! Fabien à peine parti, nous voilà en direction d’Egine, à une vingtaine de milles au sud du Pirée

 

Le vent n’est pas vraiment de la partie mais nous réussirons quand même à faire la plus grosse partie à la voile. Une première manœuvre de port parfaitement maitrisée et nous voilà partis à explorer cette petite ville touristique mais fort agréable. Et puis, une ile placée sous le signe de Saint Nectaire (Agios Nektarios), ça ne peut être que de bon augure pour l’amatrice de fromages que je suis ! Le lendemain, on décide d’aller faire un petit tour sur l’île en face d’Egine : Angistri. Le trajet est plus que calme mais comme il n’y a que 5 milles, on les fait entièrement à la voile, tout doucement. Sauf à l’arrivée où le vent se lève, de travers et ne nous facilite pas les choses pour l’amarrage. On y arrive malgré tout mais c’était sans compter sur le bateau d’à côté qui décide de changer de place et de nous arracher notre ancre au passage. Et pour plus d’amusement, il nous l’embarque, coincée dans la leur et nous tire sur la moitié du port. Bref, la nouvelle manœuvre ne sera pas de tout repos et le vent soufflant encore plus fort, on abandonne nos idées initiales d’exploration de l’île, à pieds ou en kayak, et on se contente de jouer au backgammon en surveillant les arrivées des autres bateaux… En fin d’après-midi, le vent tombe enfin et désormais encadrés par un bateau de chaque côté, on a moins à craindre d’une nouvelle arrivée. On part donc marcher un peu jusqu’à Skala, l’autre village de l’île qui s’avère n’être finalement qu’une succession de chambres à louer et de restaurants. On retourne donc près du port où le petit village est plus agréable et on s’offre un bon diner avec vue et coucher de soleil ! Le lendemain, il est déjà temps de rentrer à Athènes et malgré le vent très léger, on arrivera à faire la quasi totalité du trajet sous spi d’abord puis au près. Et petite gloire personnelle, nous doublerons même des bateaux de course ! (Bravo Monsieur Poulet!)

Et voilà, me revoilà seule à Athènes pendant une semaine… Mais ne vous inquiétez pas pour moi : j’ai repéré l’institut français et j’écume leur bibliothèque, je peux flâner dans les rues commerciales tranquillement et je réalise ma première épissure !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s